Qui veut manger un steak 3 étoiles ?

Après l’hôtellerie, la restauration… c’est au tour de l’industrie de la viande d’organiser son système de notation étoilé pour ses produits !

C’est en effet en fonction de sa « qualité » que la viande (de GMS) sera notée.

 

Qu’est ce que cela implique ?

Selon l’arrêté du ministère de l’Économie publié au Journal Officiel mercredi 30 juillet :

L’objectif des législateurs est d’apporter une information simple et plus compréhensible aux consommateurs.

 

  • Les GMS pourront à partir de décembre 2014 utiliser les termes standards « steak, rôti… » sur les produits emballés plutôt que d’indiquer les noms scientifiques des muscles souvent méconnus des consommateurs. Comme par exemple : tende de tranche, jumeau, la fausse araignée, le merlan…
  • Et c’est justement cette nouvelle dénomination plus compréhensible qui sera présentée accompagnée d’un classement par étoile selon la qualité. Comprendre, 3 étoiles : qualité supérieure, 0 étoile : qualité entrée de gamme. Les produits qui seront issus donc des parties nobles comme le steack découpé dans le rond de tranche affranchi se verra probablement être étiqueté de 3 étoiles, alors que le steack issu du talon de tendre de tranche par exemple se verra accordé une seule étoile.

 viande

Toutes les viandes seront-elles concernées ?

Ce dispositif sera appliqué dans un premier temps aux viandes de bœuf, veau et ovins ;

Le mode de cuisson sera également mis en avant pour permettre encore une fois au consommateur de comprendre et d’être informé rapidement et plus simplement.

Pourquoi un tel dispositif ?

Ce dispositif a été pensé notamment parce que la consommation de produits préparés ne fait que d’évoluer & d’augmenter au détriment des produits bruts. Les consommateurs sont donc de moins en moins experts et connaisseurs.

Certains espèrent que ce dispositif s’appliquera également dans le futur à la viande utilisée dans les plats préparés, qui bénéficie souvent de l’inscription sommaire « viande de bœuf », sans (malheureusement) connaitre l’origine ou le morceau…

Et il n’est pas non plus anodin que cette nouvelle règlementation vienne essayer de redorer le blason des filières de l’industrie agroalimentaire éclaboussées, rappelez vous par le scandale de la viande de cheval…

Laisser un commentaire